Benoît Macquet, Gaulliste convaincu et militant exemplaire

Benoît Macquet, Gaulliste convaincu et militant exemplaire

Avec la disparition de Benoît MACQUET, à l’âge de 98 ans, une page se tourne.

Benoît MACQUET, résistant et déporté, est entré en politique derrière le Général de Gaulle en 1958.

Il est élu à l’Assemblée Nationale en 1962 sous les couleurs de l’UNR.

Il représentait alors la 3ème circonscription de Loire-Atlantique, à laquelle VERTOU appartenait (avec REZE, BASSE GOULAINE, HAUTE GOULAINE, BOUGUENAIS, et d’autres communes) avant qu’en 1986, VERTOU ne rejoigne la 10ème Circonscription que l’on connaît actuellement.

J’ai bien connu Benoît comme nous l’appelions familièrement. Je me souviens avoir milité avec et pour lui lors de plusieurs élections et me reviennent à l’esprit de mémorables soirées au Restaurant des Ailes sur la route de l’aéroport.

Benoît MACQUET était très présent à VERTOU. Il a travaillé avec Auguste PRIOU et Luc DEJOIE.

Travailleur infatigable, très proche des gens, il a fait avancer de nombreux dossiers, notamment celui de l’Hôpital de VERTOU.

Proche de Jacques CHIRAC, il l’avait accueilli avec mon père, à la Mairie de VERTOU en 1978.

Nous sommes nombreux, actuellement engagés en politique à l’avoir connu et apprécié.

Je retiendrai de lui sa bonhommie et son obstination à régeler les problèmes de tous ceux venaient le solliciter.

Comme aussi sa fibre sociale et son militantisme assidu.

Adieu Benoît et merci!

Ci-dessous mon communiqué diffusé à la presse :

Communiqué de Laurent Dejoie, Maire de Vertou, Conseiller Régional

Laurent Dejoie, Maire de Vertou, Conseiller Régional, très touché par la disparition de Benoit Macquet, Député Honoraire, tient à saluer la mémoire et à rendre hommage à celui qui fut pendant 16 ans, de 1962 à 1978, Député de la 3ème Circonscription de Loire-Atlantique. Cette circonscription comprenait alors la Commune de Vertou, avant que celle-ci ne soit intégrée, en 1986, à la 10ème Circonscription.
Gaulliste convaincu et militant exemplaire, Benoit Macquet avait une fibre sociale forte. Aux côtés des Maires de l’époque, Auguste Priou et Luc Dejoie, il a contribué à l’avancement de nombreux dossiers et notamment celui de la construction, en 1973, de l’Hôpital de Vertou.
Ceux qui l’ont connu garderont le souvenir d’un inlassable travailleur, proche des gens, et d’un homme aux fortes convictions, attaché aux valeurs républicaines.
Laurent Dejoie adresse à Madame Macquet et à sa famille, au nom du Conseil Municipal de Vertou et de la population vertavienne, ses plus sincères condoléances.

Sorry, comments are closed for this post.