Joyeux Noël

Aux fidèles habitués de mon blog et aux autres, je souhaite un très Joyeux Noël.

En famille et/ou avec vos amis, profitez sereinement de cette trêve ou les soucis s’estompent pour laisser place au bonheur de se retrouver.

Une pensée à tous ceux qui n’ont pas cette chance et sont seuls.

 

Partager :

Joyeux Noël

A quelques heures du réveillon, un très joyeux Noël à tous.

En famille, avec les amis, seuls pour certains, que la soirée soit belle, festive et tendre!

Que l’esprit de Noël flotte au-dessus de vous tous!

Partager :

HUMOUR POLITIQUE

En mars dernier, j’avais laissé passé la sélection des meilleures phrases sélectionnées pour le prix de l’humour politique, en voilà quelques unes :

François Hollande, lors de la libération de Serge Lazarevic: « Je demande aux Français de ne pas aller dans les zones à risques parce que c’est dangereux. »

Jean-Luc Mélenchon, député européen, leader du Parti de gauche: « Ils peuvent toujours nommer Donald à l’Europe; c’est quand même Picsou qui commande. » (au Journal du Dimanche)

– Jean-Pierre Mignard, président de la Haute Autorité du PS: « J’ai été honoré de recevoir la Légion d’honneur; je ne suis pas assez important pour la refuser. » (à Libération)

– Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie: « Il faut pousser les autobus propres. » (au Figaro)

– Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics, à propos du taux de croissance décevant: « C’est un chiffre faible, mais c’était celui que j’avais annoncé. »

Le jury a souhaité accorder une mention spéciale « para-politique » à Dodo la Saumure, pour cette phrase prononcée lors du procès du Carlton: « Certes, DSK ternit un peu ma réputation. »

Partager :

Bruno RETAILLEAU dans le Vignoble Nantais

Mercredi soir à VERTOU, jeudi matin à VALLET, REMOUILLE et CLISSON, Bruno RETAILLEAU, chef de file de l’UMP pour les élections régionales de décembre prochain, est venu à la rencontre des militants de l’UMP de la 10ème circonscription et des élus de la droite et du centre.

Pour sa première visite de terrain, Bruno RETAILLEAU  a aussi rencontré des responsables viticoles. Une visite d’exploitation viticole, une rencontre avec un chef d’entreprise arboricole en pointe dans la production bio lui ont permis d’approcher leurs préoccupations.
Les nombreux maires ou conseillers départementaux avec lesquels il a échangé, lui ont fait part de leurs attentes.

Une visite riche au cours  de laquelle j’ai été heureux de l’accompagner avec Jérôme GUIHO, délégué de notre circonscription pour l’UMP, et Rodolphe AMAILLAND. Il a aussi revu avec grand plaisir Serge POIGNANT.

Partager :

Mobilisation des professions du droit : immense succès!

Ce mercredi après-midi plusieurs dizaines de milliers de notaires, avocats, huissiers de justice, commissaires-priseurs ont défilé à PARIS, de la République à l’Opéra. Cette mobilisation exceptionnelle devrait faire réfléchir le gouvernement et en particulier le Ministre de l’Economie.

Quand on ajoute à cela que l’avis du Conseil d’Etat sur le projet, en particulier sur les aspects concernant le Notariat, est extrêmement réservé (Voir en cliquant ICI), on peut espérer  que l’on va revenir à la raison.

 

Partager :

La Convention Internationale des Droits de l’Enfant fête ses 25 ans

La Convention Internationale des Droits de l’Enfant fête aujourd’hui ses vingt cinq ans.

Je suis sensible à ce anniversaire comme tout un chacun avec une pensée pour tous les Enfants Fantômes privés du droit à une identité, à une existence juridique. Le Droit à l’identité est reconnu par l’article 7 de la Convention.

Consultez l’article de Ouest France

Une occasion de saluer le travail de l’UNICEF en France et dans le Monde.
Voir le site UNICEF

Partager :

En ces temps un peu d’humour fait du bien

Le Press Club a distribué les prix de l’humour politique comme chaque année. Vous pourrez lire ci-dessous l’article du FIGARO consacré aux prix de cette année. Un bon cru avec Alain JUPPE lauréat du Grand Prix. Je vous laisse savourer.

« Alain Juppé ne manque pas d’autodérision et en a été récompensé. Alors que Bernadette Chirac l’a qualifié, le même jour, de personne «très très froide», l’ancien premier ministre s’est vu remettre le Grand Prix 2014 Humour et Politique pour une saillie des plus savoureuses. «En politique, on n’est jamais fini. Regardez-moi!», avait-il déclaré le 18 novembre 2013 dans les colonnes du quotidien Libération. Une allusion directe à ses déboires judiciaires.

Le jury du Press Club, composé d’une quinzaine de journalistes et humoristes, a également remis deux prix spéciaux. Le premier à Hervé Morin, député UDI, pour cette formule très… imagée: «Au centre, on n’est pas chargé d’être la roue de secours du Titanic». L’ancien ministre de l’Economie Arnaud Montebourg s’est lui aussi vu remettre un prix pour cette petite phrase, prononcée alors qu’il était ministre du Redressement productif: «Je crois à un retour de Nicolas Sarkozy ; mais menotté».

Trivialité et lapalissade

Des prix plus secondaires ont été remis. Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics, a reçu le prix de l’encouragement, pour: «Quand on ne va pas assez loin, c’est déjà qu’on va quelque part». Dans un style plus trivial, l’ancien ministre des Affaires étrangères Roland Dumas avait déclaré: «Les affaires au cul, ça se soigne comme les hémorroïdes». Il s’est vu décerner le prix des Internautes.

L’ancienne secétaire d’État Nadine Morano figure aussi dans la liste et reçoit le prix de la Presse hebdomadaire régionale pour cette lapalissade d’anthologie: «On a une recrudescence de violence… par exemple le vol des portables à l’arraché. Ça n’existait pas avant que les portables existent».

Enfin, connu pour ses traits d’esprit, le président François Hollande ne pouvait pas ne pas être décoré. Le jury lui décerne une mention spéciale, pour: «Quand ça va bien, on devrait se rappeler que ça ne va pas durer. Et quand ça va mal, on peut penser que cela pourrait aller plus mal ou que ça ne va pas durer».

Thomas Thévenoud primé

Le «Prix-Nocchio» revient sans conteste cette année à Thomas Thévenoud, qui a fait un passage éclair au gouvernement, pour cette tentative d’explication devenue culte: «Je ne suis pas un fraudeur, je suis un contribuable négligent».

Enfin, le Grand Prix du tweet politique de l’année revient au Parti socialiste pour un titre d’un communiqué publié malencontreusement en janvier, sous forme de lapsus. «Harlem Désir en déplacement à Jarnac pour la commémoration de la disparition de François Hollande». Il fallait bien évidemment comprendre qu’il s’agissait d’un hommage à François Mitterrand.

L’année dernière, c’est l’ancien ministre de la Défense Gérard Longuet qui avait reçu le Grand Prix. Il a été récompensé, pour: «Hollande est pour le mariage pour tous… sauf pour lui». « 

 

Partager :

SARKOZY : Pour ceux qui ne seraient pas connectés à FACEBOOK !

Pour ceux qui ne seraient pas connectés à FACEBOOK, la déclaration de candidature de Nicolas SARKOZY à la Présidence de l’UMP, candidature à laquelle j’apporte mon soutien plein et entier.

« Mes chers Amis, Le 6 mai 2012, au soir de l’élection présidentielle, j’ai remercié les Français de l’honneur qu’ils m’avaient accordé en me permettant de conduire les destinées de notre pays durant cinq années. Je leur ai dit ma volonté de me retirer de toute activité publique.
Depuis, j’ai pris le temps de la réflexion après toutes ces années d’activités intenses. J’ai pu prendre le recul indis…pensable pour analyser le déroulement de mon mandat, en tirer les leçons, revenir sur ce que fut notre histoire commune, mesurer la vanité de certains sentiments, écarter tout esprit de revanche ou d’affrontement.
J’ai pu échanger avec les Français, sans le poids du pouvoir qui déforme les rapports humains. Ils m’ont dit leurs espoirs, leurs incompréhensions et parfois aussi leurs déceptions. J’ai vu monter comme une marée inexorable le désarroi, le rejet, la colère à l’endroit du pouvoir, de sa majorité mais plus largement de tout ce qui touche de près ou de loin à la politique.
J’ai senti chez beaucoup de Français la tentation de ne plus croire en rien ni en personne, comme si tout se valait, ou plutôt comme si plus rien ne valait quoi que ce soit.
Cette absence de tout espoir si spécifique à la France d’aujourd’hui nous oblige à nous réinventer profondément.
Je me suis interrogé sans concession sur l’opportunité d’un retour à la vie politique que j’avais arrêtée sans amertume et sans regret.
C’est au terme d’une réflexion approfondie que j’ai décidé de proposer aux Français un nouveau choix politique.
Car, au fond, ce serait une forme d’abandon que de rester spectateur de la situation dans laquelle se trouve la France, devant le délitement du débat politique, et la persistance de divisions si dérisoires au sein de l’opposition.
Je suis candidat à la présidence de ma famille politique. Je proposerai de la transformer de fond en comble, de façon à créer, dans un délai de trois mois, les conditions d’un nouveau et vaste rassemblement qui s’adressera à tous les Français, sans aucun esprit partisan, dépassant les clivages traditionnels qui ne correspondent plus aujourd’hui à la moindre réalité. Ce vaste rassemblement se dotera d’un nouveau projet, d’un nouveau mode de fonctionnement adapté au siècle qui est le nôtre et d’une nouvelle équipe qui portera l’ambition d’un renouveau si nécessaire à notre vie politique.
J’aime trop la France ; je suis trop passionné par le débat public et l’avenir de mes compatriotes pour les voir condamnés à choisir entre le spectacle désespérant d’aujourd’hui et la perspective d’un isolement sans issue. Je ne peux me résoudre à voir s’installer dans le monde l’idée que la France pourrait n’avoir qu’une voix secondaire.
Nous devons faire émerger de nouvelles réponses face aux inquiétudes des Français, à leur interrogation sur la pérennité de la France, à la nécessité d’affirmer sa personnalité singulière, à la promotion de son message culturel qui est sans doute la plus belle part de notre héritage.
On ne fait rien de grand sans l’unité de la nation. On ne fait rien de grand sans espérance, sans perspective.
Pour construire une alternative crédible, il nous faut donc bâtir la formation politique du XXIème siècle. Je le ferai avec le souci du plus large rassemblement, la volonté d’apaiser les tensions, et en même temps de susciter l’intérêt passionné de tous ceux qui ne peuvent se résoudre à l’abaissement de la France. Nous aurons besoin de toutes les intelligences, de toutes les énergies, de toutes les bonnes volontés. Il  nous faut tourner la page des divisions et des rancunes afin que chacun puisse s’inscrire dans un projet, par nature, collectif.
Je connais les difficultés qui nous attendent. Mais l’enjeu nous dépasse tellement, les perspectives sont si exaltantes, le redressement si nécessaire qu’à mes yeux les obstacles paraissent dérisoires.
Ensemble, par la force de notre engagement, par notre conscience commune de la gravité des enjeux, nous rendrons possible le sursaut dont nul ne peut douter de la nécessité et de l’urgence.
Que chacun soit convaincu de la force et de la sincérité de mon engagement au service de la France. NS »
Partager :

NOTAIRES : GRAND SUCCES DU RASSEMBLEMENT

Plus de 16.000 personnes à PARIS, près de 1000 à NANTES, le Notariat a largement réussi son pari.

Jetés en pâture par M.MONTEBOURG, nous avons dignement et massivement réagi. Le Notariat Made in France, moderne et innovant, a démontré comme je l’ai dit cet après midi à NANTES, son unité, son utilité et son universalité. Le nouveau ministre qui a sèchement démenti son prédécesseur, en disant que réformer les professions réglementées ne procurerait pas 6 milliards d’euros de pouvoir d’achat aux français, va enfin entamer un dialogue constructif.

Dont acte comme écrivent…les notaires.

Voir le site de OUEST FRANCE

Partager :